0
Work

Toutes les vies de … STÉPHANIE ROGER.

11 octobre 2019

Changer de vie, de métier pour redonner du sens à son quotidien, vivre de sa passion, monter son entreprise, découvrir de nouveaux horizons, explorer soi-même et le monde … On en a presque toutes rêvé un jour … et certaines franchissent le pas réellement. Leur aventure peut nous servir de modèle et surtout nous encourager à ne jamais baisser les bras.

STÉPHANIE ROGER a franchi le pas pour changer de vie il y a maintenant près de 10 ans en décidant d’ouvrir un espace multimarques dédié aux bijoux de créateurs, WHITE BIRD. C’est à ce moment là que je l’ai rencontrée attirée par les bijoux si particuliers et si uniques qu’elle présentait. J’ai poussé la porte et je suis tombée sous le charme de sa personnalité bienveillante et solaire.

J’ai eu envie de l’interviewer pour qu’elle partage avec nous son expérience de changement de vie.

A propos de son parcours …

Je suis née à Paris mais de 2 ans à 23 ans j’ai été provinciale et j’étais obsédée par Paris où nous allions chaque année passer Noël dans la famille de ma mère tout près des Champs-Elysées.  Alors après des études de business à Bordeaux j’ai fait ma valise. Direction Paris où je me suis installée dans le mini studio d’une tante au bord du canal Saint-Martin, qui était beaucoup moins bobo à l’époque.

Sur le job de ses rêves …

J’ai eu la chance d’avoir un parrain qui me gâtait beaucoup. Il m’a donné le goût des beaux objets, ceux qui durent et qui se transmettent. J’ai décidé d’en faire mon métier en travaillant dans l’industrie du luxe.  Mes amies, détermination et chance, m’ont conduites dans la joaillerie. Chez Cartier, Piaget puis Chaumet où mes fonctions ont alterné entre le marketing et le développement commercial. Repérée par un chasseur de tête, j’ai pris la direction générale de Dinh Van pendant 7 ans.

Elle ne serait pas là si …

Mon dernier job avant de créer WHITE BIRD était chez CHLOE où j’avais pour mission de développer une collection de joaillerie. Mais à quelques semaines du lancement, la crise de 2008 a tout gelé. Et le groupe propriétaire de Chloé a décidé d’annuler tous les projets de diversification de leurs marques. Furieuse de ce revirement de dernière minute qui tirait un trait sur tout le travail fourni, j’ai décidé qu’il était temps pour moi d’être mon propre employeur.

Sur comment on gère la prise de risque et ses peurs …

J’ai pris du temps pour murir mon projet, définir ce que je voulais vraiment faire. Et dès que ça a été clair dans ma tête j’ai foncé sans regarder en arrière.

A propos des réactions de son entourage …

J’ai été beaucoup soutenu par mes très proches. Et un peu moins par mes relations professionnelles dont pas mal pensaient qu’il n’y avait pas de marché en France pour un multimarques de bijoux de créateurs face aux mastodontes de la place Vendôme … Il faut se souvenir : c’était il y a presque 10 ans. D’autres aussi pensaient que la rue du Mont Thabor était une rue morte ou rien ne marchait jamais à part les restaurants. La morale de cette histoire, écouter son intuition encore et toujours et pas le reste.

 Le meilleur conseil qu’elle ait reçu …

Ne pas trop gamberger. Se faire confiance et se rappeler que les problèmes qui semblent insurmontables un soir le sont beaucoup moins le lendemain.

Une journée de Stéphanie, ça ressemble à …

Je me lève vers 6h45. Petit déjeuner en famille, je crois que c’est mon repas préféré. Je travaille un peu de la maison où je gère des sujets persos. Puis je rejoins mon bureau qui est au-dessus de la boutique Mont Thabor. Je travaille avec mon équipe sur les choix d’achat, le marketing digital qui me fascine et la gestion … qui me fascine moins !

N’ayant pas de responsable retail, je passe très régulièrement du temps dans les boutiques car j’attache une très grande importance à la qualité du service client et à la tenue des boutiques. Souvent je termine ces visites par du jardinage pour entretenir les jardinières luxuriantes que nous avons devant chaque boutique. Je fais du sport deux à trois fois par semaine, c’est indispensable pour mon équilibre. Je réserve mes déjeuners à mes enfants et mes copines. Pour les rendez-vous d’affaires je préfère les petits déjeuners ou les cafés plus efficaces ! Je suis rarement chez moi avant 20h … il faut que ça change !

Sur ses plus belles gratifications …

Ce qui me porte c’est de retrouver chaque jour mon équipe, de voir qu’ils s’entendent vraiment bien, qu’ils travaillent bien ensemble et se voient même à l’extérieur de l’entreprise … Les commentaires positifs des clients sur notre sélection, sur l’ambiance chaleureuse de nos boutiques, la qualité du service, la convivialité me montrent que j’ai eu raison de faire les choses selon mon instinct en me libérant des grandes leçons de marketing.

La liste de ses envies …

Je suis assez instinctive. Je n’ai jamais fait trop de plans de vie. J’aime quand les choses s’enchaînent de manière assez naturelles … on verra ! Dans un futur pas trop lointain je pense que j’irai m’installer dans un pays de la Méditerranée pour profiter plus de la lumière et de la nature … mais ce n’est pas pour tout de suite !

Un dernier mot Stéphanie, sur les conseils que vous donneriez aux femmes qui ont envie de changer de vie et qui hésitent …

Il faut faire les choses quand on le sent mais parfois on y est poussé par des évènements et cela aide à prendre des décisions. Il faut être prête à moins de confort financier souvent et à faire face à des imprévus mais le jeu en vaut la chandelle.

Merci Stéphanie de ce témoignage si inspirant.

Pour découvrir les merveilleux créateurs de Stéphanie, rendez-vous chez WHITE BIRD. Vous avez le choix entre 3 boutiques parisiennes ( rue du Mont Thabor, boulevard Beaumarchais et rue des Saint Pères) et le e-shop www.whitebird.com.

Participez

Poursuivez votre lecture !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

En déposant un commentaire, vous acceptez notre politique de données personnelles.