Le corps

Un corps ferme et tonique avec le sourire.

15 mai 2019

La fermeté, c’est un peu le nouveau graal, le nouveau code du « beau corps ». Des muscles galbés, une peau lisse et tendue, une posture altière. La fermeté c’est un peu tout ça. La bonne nouvelle, c’est que pour une fois on ne raisonne plus en terme de kilos en trop, de rondeurs disgracieuses ou de rêves de silhouettes ultra fines inatteignables à moins d’être nées comme ça.

La fermeté privilégie la tonicité des muscles et la qualité de la peau.

Pourquoi le corps se relâche ?

En général, le relâchement provient de la conjonction de 2 phénomènes : le relâchement musculaire et le relâchement cutané.

Le relâchement cutané est en partie lié à la perte de l’élasticité.

En cause : la dégradation de l’élastine présente dans le derme. L’élastine est l’un des rares composants qui ne se renouvelle pas de manière naturelle à l’âge adulte. On naît avec un capital d’élastine qui diminue petit à petit, notamment sous l’action des UV qui détruisent définitivement les fibres élastiques. C’est grâce à elle que la peau peut s’adapter aux mouvements naturels du corps au quotidien sans se relâcher, ni se déformer. Pour raffermir son corps, il faut donc recréer l’élasticité de la peau !

La tonicité musculaire, elle, est directement lié à nos muscles.

Or avec l’âge, on observe une fonte musculaire. Au début, on ne s’en rend pas compte car une partie du muscle est remplacée progressivement par de la graisse qui va maintenir à peu près son volume. Mais la fonction du muscle devient moins bonne et, bien sûr, il perd en puissance.

Cette diminution progressive du nombre de fibres musculaires, remplacées progressivement par du tissu adipeux est appelée la sarcopénie. Elle s’accentue à partir de 50 ans. On perdrait ainsi 1 à 2% de masse musculaire après 40 ans.

Et la sédentarité, véritable fléau pour la santé, va aggraver ces phénomènes et intensifier la fonte musculaire et ce dès nos 30 ans. Par ailleurs, notre stock de cellules souches musculaires diminuant également avec le temps, la reconstruction et le renouvellement des fibres musculaires sont plus difficiles.

Bonne nouvelle : ce phénomène n’est ni obligatoire, ni irréversible : on peut garder ses muscles au fil du temps.

Mon plan d’attaque pour retrouver fermeté et tonicité.

C’est une combinaison de plusieurs éléments.

  1. Une alimentation équilibrée en protéines et lipides
  2. De l’exercice physique régulier et complet.
  3. Des massages réguliers

1/ Entretenir ses muscles par l’alimentation

L’objectif est de fournir les acides aminés aux fibres de collagène et d’élastine pour les aider à se reconstituer. Et là, il n’y a pas d’autres options que les protéines. Elles sont indispensables à la fabrication du muscle. On mixe protéines animales et végétales en privilégiant les protéines animales maigres. Ce qui veut dire les viandes blanches, les poissons, les crustacés et les œufs. La protéine d’œuf, particulièrement le blanc, représente le meilleur équilibre en acides aminés. Ensuite, il est possible d’apporter des protéines avec les fromages plutôt de chèvre et de brebis, les graines de chia, la spiruline, les légumineuses, le tofu, amandes … De plus, l’association de céréales semi-complètes avec des légumineuses sont un bon apport végétal de protéines équilibrées.

Sans oublier les lipides qui assurent l’élasticité de la peau.

Si la peau est trop sèche, elle présentera des plis pas très flatteurs même sur un corps musclé.

  • Les huiles végétales
  • Les oléagineux
  • Les graines de sésame
  • L’avocat

En pratique, cela donne :

  • Un petit-déjeuner salé : oubliez la tartine beurrée ou le croissant et préparez vous un avocat toast avec un œuf poché, une tartine de fromage de chèvre avec quelques amandes.
  • Un déjeuner composé de poulet ou de poisson avec des légumes ou bien une salade lentilles & quinoa
  • Un dîner végétarien super léger à base de légumes et de tofu.

C’est l’hygiène alimentaire que je m’applique depuis peu concernant les protéines animales que j’avais tendance à délaisser. Résultat, comme je fais pas mal de sport, je me blessais souvent. Je souffrais depuis plusieurs mois d’une tendinite à l’épaule qui me faisait de plus en plus mal. Et franchement aucun traitement ne fonctionnait. Mon coach et mon kiné ont alors insisté pour que je réintègre les protéines animales dans mon alimentation m’expliquant que je sollicitais beaucoup mes muscles mais que je ne leur permettais de se reconstituer car en les privant de protéines animales, je les privais des bons acides aminés dont ils ont besoin. J’étais sceptique mais j’en avais marre de souffrir au point de ne plus pouvoir aller à mes cours de yoga. Alors, j’ai réintroduit du poisson, de la viande blanche et des œufs dans mon alimentation. Et mon épaule va beaucoup mieux. Donc ça devait être vrai.

2/ Pratiquer de l’exercice physique complet et régulier.

A tous âges, le sport marche pour se muscler et se tonifier.

Et toutes les études montrent que c’est l’alternance d’exercices d’endurance associé à des exercices de haute intensité qui fonctionne le mieux. Et aussi les exercices fractionnés où l’on alterne de courtes phases d’efforts intenses avec des phases plus longues d’endurance. Elles favorisent la production d’hormone de croissance.

D’où l’idée de pratiquer un sport complet comme la boxe par exemple ou le Pilates.

La boxe améliore la posture et permet de développer des muscles fins. Loin de ne solliciter que les bras, elle implique de bouger constamment les jambes pour conserver son équilibre et l’ancrage au sol.

Quant au Pilates, c’est un super sport pour le renforcement musculaire et la silhouette fuselée. On travaille ses muscles profonds dont le fameux transverse, véritable ceinture abdominale naturelle. Gainage béton assuré, ventre plat et allure de dingue. Je l’ai pratiqué pendant plus de 10 ans 3 fois par semaine et ça a changé ma silhouette et ma posture.

Sans oublier le yoga sous toutes ses formes qui travaille à la fois la souplesse, le renforcement musculaire et la respiration.

L’idéal est de varier les disciplines en associant du cardiotraining, de la musculation, du yoga ou du Pilates.

Et pour que ça marche, il est super important que vous pratiquiez régulièrement au moins 3 fois par semaine à partir de 50 ans.

3/ Se faire masser régulièrement.

Les massages profonds sont importants car ils permettent de stimuler les cellules qui fabriquent de l’élastine et du collagène. Ils permettent de remailler la peau. Et aussi bien sur d’affiner les contours, de stimuler la circulation lymphatique et donc de lutter contre la cellulite et la rétention d’eau.

Désengorger les tissus, remettre la peau en tension, stimuler la détoxification des organes, lisser les capitons, … ces massages marchent à conditions de les faire régulièrement. C’est un investissement financier. Mais un massage de temps en temps ne produira pas de résultats visibles. Il est préférable de programmer une dizaine de séances à raison d’un par semaine et ensuite d’entretenir.

Je suis une adepte des massages Svelt Coaching de Martine de Richeville. C’est une technique de massage qui agit en profondeur sur le métabolisme, les tissus et les amas graisseux. Il oxygène les tissus, libère le corps des toxines et améliore nos capacités naturelles d’élimination. Résultat, la peau est plus ferme, plus tonique, la silhouette s’allège et les jambes s’affinent.

Alors, prête pour retrouver une silhouette ferme et tonique ? C’est le bon moment d’y penser pour être au top cet été.

 

Poursuivez votre lecture !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

En déposant un commentaire, vous acceptez notre politique de données personnelles.