Detox

Petit guide pour se détoxifier.

2 janvier 2019

Oui, je sais on a tout entendu – ou presque- sur la détox. Indispensable pour les adeptes de la médecine préventive, effet de mode pour d’autres … Elle a autant d’adeptes que de détracteurs. Et pourtant, les fameuses toxines qui dérèglent le fonctionnement de notre organisme et qui créent à terme un terrain inflammatoire pérenne, ne sont pas le fruit de notre imagination. Certaines proviennent de ce que nous mangeons, buvons et respirons. D’autres sont des déchets de fonctionnement de notre corps. Si on ne fait rien, elles s’accumulent au fil des ans tandis que notre corps a de plus en plus de mal à les évacuer.

A quoi ça sert de détoxifier son corps ? Pourquoi le faire ? A quel moment ? Comment ça marche ?

Revue de détail au cœur des arcanes de ce sujet au combien fondamental pour notre santé et une longévité heureuse.

Comprendre la détoxination et les toxines.

Pour être en forme, à tout âge, il est primordial d’aider le corps à éliminer ces substances toxiques avant de prendre d’emblée des stimulants ou des compléments alimentaires anti-âge. Sans ce nettoyage préalable de vos cellulesces derniers risquent d’être peu efficaces.

Mais au fait, c’est quoi les toxines ?

Pour faire simple, ce sont des substances capables de nous rendre malade quand elles s’accumulent. On en distingue 2 types :

Les toxines endogènes

Les endotoxines sont celles que nous fabriquons nous même, généralement produites en fin de processus métaboliques (certains acides organiques, urée, acide urique, acide lactique, ptomaïnes, purines, glycotoxines, radicaux libres, etc…). Elles deviennent toxiques quand leur concentration est excessive. Par exemple : la crise de goutte qui survient avec un excès d’acide urique.

Les toxines exogènes

Également appelées « exotoxines » ou « xénobiotiques », elles proviennent de l’extérieur du corps. Il s’agit des polluants, poisons, métaux lourds, pesticides, médicaments chimiques, acides gras « trans », glycotoxines de la cuisson trop forte, macro-molécules issues d’aliments incomplètement digérés ou de fragments bactériens qui passent dans le sang à cause d’une paroi intestinale devenue trop poreuse, complexes antigènes/anticorps créés par intolérance à certains aliments, bactéries, virus, mycoses….

Toutes ces toxines nuisent au bon fonctionnement de nos cellules. Elles augmentent généralement la production de radicaux libres et les réactions d’oxydation dans notre corps. Elles peuvent se déposer dans certains tissus et y créer de l’inflammation. Elles peuvent dégrader les membranes de nos cellules, perturber ainsi leur assimilation-élimination et ralentir leur métabolisme, etc… En d’autres termes, elles accélèrent notre vieillissement et font insidieusement le lit de la maladie.

La bonne nouvelle c’est que nous avons des organes d’élimination naturels qui nous protègent de l’excès de toxines et nous préservent de l’inflammation. Ils ont pour fonction d’éliminer les toxines vers l’extérieur du corps.

Quels sont nos organes d’élimination ?

Le foie est notre filtre le plus précieux.

Notre foie se charge du plus gros travail de neutralisation et d’élimination des toxines. Il filtre notre sang en permanence pour neutraliser les produits toxiques. Pour cela, nous devons prêter une attention particulière pendant les périodes de nettoyage du corps. Il faudra stimuler sa production de bile avec certains aliments (ou des plantes) et lui assurer un apport en nutriments utiles à la détoxication : acides aminés, vitamines, antioxydants…

Par ailleurs, il est important pour lui assurer un fonctionnement optimal de respecter une prise alimentaire décroissante tout au long de la journée. Et privilégier un repas très léger le soir. Ainsi le foie peut vraiment jouer durant la nuit sa fonction d’élimination des toxines.

Vous le voyez dès le lendemain matin quand vous prenez un repas lourd le soir, bien arrosé et tardif. Le foie n’a pas le temps ni l’énergie nécessaire pour éliminer les toxines. Résultat au réveil, la bouche est pâteuse et vous avez le haut de l’arcade sourcilière rouge et gonflée.

L’intestin et le rein de puissants alliés détox.

Ils sont aussi capables d’éliminer des substances toxiques du sang vers l’extérieur du corps. On peut aussi ajouter la peau, les muqueuses et même les poumons qui peuvent excréter des toxines.

Vous le savez de plus en plus d’études scientifiques présentent l’intestin et notre microbiome intestinal comme notre 2° cerveau. Nous sommes ce que nous digérons et non ce que nous consommons. Et 80% de notre système immunitaire est régi par le microbiome intestinal. Alors, il est super important de prendre soin de nos intestins.

  • En respectant la chrono nutrition
  • En veillant à faire des jeunes de 16h au moins une fois par semaine pour mettre au repos les intestins

La peau est un filtre tout aussi important. C’est la raison pour laquelle il est si important de pratiquer des activités physiques avec sudation. C’est aussi un moyen très naturel d’éliminer les toxines.

Les principes de base pour se détoxifier

1/ Arrêter d’encrasser son corps

La première 1° chose à faire est de ne plus absorber ou fabriquer soi-même trop de toxines. Pour ce faire, privilégiez une alimentation hypotoxique.

Il s’agit de choisir ses aliments en fonction de leur charge toxinique : soit qu’ils contiennent des produits toxiques ajoutés ou des polluants, soit qu’ils fassent produire des toxines par votre corps comme trop d’acide urique, trop d’ammoniaque, trop d’acides organiques, …

Rechercher si vous avez des intolérances alimentairesqui peuvent laisser pénétrer des particules non désirables dans votre sang à travers vos intestins… Une simple prise de sang vous permet de connaître vos principales intolérances et de protéger vos intestins.

Faites la chasse aux polluants et toxiques de votre environnement: tabac, substances nocives, alcool, pesticides, médicaments, colorants…  Ils sont dangereux pour la santé. De plus, les cures de détoxication peuvent mobiliser ces toxiques qui sont le plus souvent stockés dans les graisses du corps. Ils sont alors libérés brutalement dans la circulation sanguine…

Donc pour nettoyer son corps et surtout ne pas l’encrasser, on évite :

  • les aliments industriels : produits raffinés, tout préparés, chimiques, conservateurs, colorants chimiques… on adopte le raw food et les aliments détoxifiants.
  • les aliments dénaturés par la cuisson surtout grillés et roussis: grillades, produits fumés, gratins, sucres caramélisés… Ils favorisent la glycation et la perte de souplesse des tissus corporels
  • les graisses d’animaux d’élevage, souvent chargées en toxines (antibiotiques, hormones, métaux lourds, etc…)
  • les sucres raffinés et en particulier le glucose. Il est sain dans les fruits entiers grâce à la présence de fibres alimentaires. Mais, contenu dans d’autres aliments raffinés et artificiels (comme le saccharose par exemple), il fatigue le foie
  • les laitages et fromages, surtout de vache, industriels
  • et les céréales riches en gluten (blé, seigle, orge…).

2/ Stimulez naturellement vos organes d’élimination

Le foie filtre notre sang pour en neutraliser les toxines. Celles-ci doivent ensuite être évacuées. Outre l’adoption d’une alimentation pauvre en toxiques, il est logique pour détoxifier son corps de stimuler naturellement ses organes d’élimination.

Voici 5 règles simples d’hygiène de vie pour mieux éliminer les toxines :

1/ Boire plus d’eau pour éliminer plus de toxines

Buvez, éliminez ! C’est simple comme bonjour. Vous possédez des fonctions d’élimination naturelles qu’il vous suffit d’activer.

Pour que vos reins fonctionnent bien, vous devez tout d’abord boire suffisamment, de l’eau surtout et avant tout. Sinon, le drainage rénal se fera mal. Inutile, à l’inverse, de boire plusieurs litres d’eau par jour si vous n’avez pas soif. Un litre à 1,5 litres entre les repas semble convenable à la majorité des gens. Certains ont besoin de 2 voire 3 litres d’eau par jour.

N’attendez pas tout de vos reins pour vous débarrasser de vos toxines. Pendant longtemps, j’ai pensé que pour éliminer les toxines il fallait prendre des des diurétiques et éliminer plus. En réalité, seules les toxines solubles dans l’eau (hydrosolubles) sont éliminées par les reins. Les autres (liposolubles), solubles dans les corps gras, sont éliminées principalement dans la bile secrétée par le foie et évacuée ensuite dans les selles, par l’intestin. Le rein n’est donc pas l’organe principal d’élimination des toxines (c’est plutôt le foie) mais activer la fonction rénale est important et facile.

2/ Gros intestin : alimentation, fibres et flore

Il est évident que l’intestin est un émonctoire important pour nos toxines à condition que son transit soit régulier. Il faut donc éviter toute constipation. Pendant la détox, il est souvent d’usage de l’activer un peu. Les purges peuvent vous aider. Mais pas que. Car pour que le colon fonctionne correctement, il a besoin d’une charge correcte en fibres végétales. Nous sommes souvent en carence de fibres. Il faut donc manger de bonnes quantités de légumes, de légumineuses et de fruits chaque jour. Nous n’en mangeons généralement pas assez. Et super important, il faut favoriser les aliments non raffinés. En particulier pour les produits tirés des céréales, privilégiez les versions semi-complètes pour vos farines, pains, pâtes, riz …

3/ Bouger et transpirer

L’exercice physique et la marche en particulier activent justement le transit intestinal. D’autre part, les mouvements musculaires activent la circulation sanguine et aussi lymphatique. Ainsi, l’évacuation des déchets métaboliques est facilitée par une meilleure circulation dans le corps. De plus, si l’on bouge suffisamment, la transpiration permet d’évacuer certaines toxines dans la sueur (il faudra alors boire de l’eau pour compenser cette perte).

Ayez donc une activité physique régulière et aérez-vous, ce qui améliorera votre oxygénation, tout aussi utile pendant une période de détoxication. N’oubliez pas ces petites astuces mentionnées à peu près partout mais très efficaces : prendre toujours l’escalier et oubliez l’ascenseur, se garer ou descendre une station de métro avant l’endroit où vous allez, faire le maximum de vos courses à pied ou à vélo, … bref profitez de toutes les occasions de bouger.

4/ Respirer, c’est aussi éliminer

Le poumon est aussi un organe d’élimination. Et votre haleine est un bon baromètre des toxines entassées dans votre foie.

Pour bien se servir de ses poumons, il faut bien respirer. Là vous levez un sourcil devant une telle évidence. Sauf que la majorité d’entre nous ne sait pas respirer ou respire mal. La plupart du temps nous sommes en apnée sans nous en rendre compte. Ce faisant nous rétrécissons notre capacité respiratoire. Ce qui est mauvais pour notre oxygénation générale, l’élimination des toxines et du stress …  et donc pour notre santé.

Bonne nouvelle, des exercices de respiration nous apprennent à bien respirer.

En particulier, le yoga enseigne et utilise beaucoup les techniques de pranayama. Ce sont des exercices de respiration contrôlée, dans une posture donnée, très efficaces sur de nombreux maux. L’amélioration des niveaux d’oxygène sanguin et de la circulation dans nos petits vaisseaux qu’ils apportent va favoriser aussi la détoxication et le bon fonctionnement de nos organes. Depuis que je pratique régulièrement le yoga Kundalini, j’ai appris à respirer. Et c’est là que j’ai pris conscience du pouvoir de la respiration sur le stress et le mental. Et à force de pratique, j’ai augmenté ma capacité respiratoire.

La méditation est aussi un puissant outil pour apprendre à respirer. Le souffle, c’est la vie.

5/ Dormir suffisamment, plus important qu’on ne croit

Le sommeil fait partie de notre hygiène de vie, il est souvent malmené. C’est une période où l’organisme favorise ses mécanismes d’élimination-réparation des tissus. Un temps de sommeil suffisant est donc très important et trop souvent négligé pour aider le corps à se détoxifier et pour être en forme en général.

3/ Augmentez l’action des antioxydants

Les réactions de détoxication de l’organisme produisent beaucoup d’oxydation, en particulier au niveau du foie (c’est la phase 1 de la détoxication hépatique). Ainsi, de mauvais radicaux libres vont être produits en excès dans le corps et il faudra les éliminer. Pour cela, il est utile d’augmenter ses apports nutritionnels en antioxydants. Il faudra aussi veillez à nos apports en nutriments favorisant la neutralisation des radicaux libres comme le zinc, le cuivre, le sélénium, la vitamine C ou E…

Cela peut se faire en mangeant des aliments particulièrement riches en antioxydants. Si besoin, il est possible aussi de se complémenter en produits luttant contre l’oxydation.

4/ Faire une cure de détox

L’idéal est de faire une cure de détox tous les ans. Elle peut prendre diverses formes. Le jeûne hydrique, les mono-diètes ou les détox végétales sont autant de méthodes qui fonctionnent et qui vous permettent en fonction de votre état du moment de choisir la formule la plus attractive.

Pendant des années, j’ai fait une cure annuelle de détox végétale. L’été dernier, j’ai essayé le jeûne hydrique d ‘une semaine et l’expérience a été tellement enrichissante et épanouissante que je pense recommencer l’année. Quelque soit la formule que vous choisissez, gardez en tête que détoxifier son corps est un moment important pour soi. Il permet d’aider son corps à éliminer les toxines et surtout il empêche l’inflammation de s’installer durablement dans l’organisme. C’est un geste de santé et de prévention. Le faire une fois par an c’est s’assurer de libérer son corps des toxines régulièrement et de lui éviter de s’encrasser.

 

Poursuivez votre lecture !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

En déposant un commentaire, vous acceptez notre politique de données personnelles.