Ce qui m’inspire

Par la grande porte … Toujours !

7 février 2017

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de la confiance en soi.

Vaste sujet aux ramifications multiples qui flirte avec l’estime de soi, avec notre capacité à développer et accepter notre singularité.

Soyons honnête, nous avons toutes à un moment ou à un autre de nos vies expérimentées ce sentiment de « ce n’est pas pour moi », ce défaut de légitimité qui tout à coup nous empêche de pousser une porte par peur d’être déplacée, qui nous empêche de prendre la parole alors qu’on aurait plein de choses à dire, qui nous fait hésiter face à une promotion franchement méritée, … et la liste est longue de tous ces petits moments où on doute de soi, du plus anodin au plus sérieux.

Et c’est là qu’intervient Léa, jeune princesse gracieuse, à qui j’avais donné rendez-vous dans un bar cosy d’un palace parisien en fin de journée pour prendre un verre.

Que fait elle quand elle arrive devant l’hôtel ?

Elle m’appelle pour me prévenir qu’elle est arrivée.

Etant déjà au bar, je comprends qu’elle est dehors et qu’elle n’ose pas rentrer.

Léa n’osait pas entrer et pousser la grande porte à tambour de peur que quelqu’un ne lui demande ce qu’elle faisait là !!! et tout ça parce qu’elle était en basket et en jean dans un endroit qu’elle imaginait réfractaire à la basket et au jean …

Je lui demande donc de me rejoindre au bar.

Elle a alors cette remarque qui me fait sourire « j’entre, tu veux dire par la grande porte là devant moi avec les tambours ? »

Ce quoi à quoi je réponds « oui, par la grande porte, … tu respires, tu affiches ton plus beau sourire … et tu entres en conquérante »

Ce qu’elle fit sans tarder arrivant accompagné du maître d’hôtel trop heureux d’escorter une si ravissante jeune femme.

La morale de cette petite histoire, c’est qu’il est important d’oser ; d’oser affronter ses blocages pour les dépasser, d’oser ouvrir une porte, d’oser être soi, d’oser oser.

Parce que c’est en osant qu’on essaye plein de nouvelles choses, qu’on découvre des horizons nouveaux, qu’on s’étonne soi-même et qu’on entretient l’estime de soi.

Mais l’audace, on ne le dit pas suffisamment, est une conquête qui demande des efforts, du travail, il faut savoir se provoquer soi-même pour découvrir ses talents.

Prêtes pour la grande porte ?

Pour vous aider, je vous propose une lecture très stimulante et pleine de sagesse de Charles Pépin « Les vertus de l’échec ».

Et en sortant Léa avait un grand sourire victorieux :))))

 

 

 

 

 

Poursuivez votre lecture !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire