0
C'est le moment de...

Ma cure de printemps par Caroline Wietzel

12 avril 2019

Depuis trois ans, au mois d’Avril, je laisse tomber mon verre d’eau tiède matinale (avec ou sans citron, avec ou sans gingembre) pour me mettre à la sève de bouleau. C’est, avec la diète verte, le meilleur moyen que j’ai trouvé pour retrouver de l’éclat et de la vitalité aux premiers jours du printemps.

 E-li-mi-ner !

C’est la plus naturelle et la plus simple des cures. Elle consiste à boire tous les matins, à jeun et pendant trois semaines, un verre de sève de bouleau. Sa principale vertu est de nettoyer et détoxifier notre organisme.

En plus d’être drainante, cette eau (presque incolore) contient des minéraux alcalinisants qui nous aident à préserver notre capital osseux et à soutenir notre activité cérébrale.

Parmi eux, on compte le calcium, le magnésium, le potassium et le silicium. C’est un allié de choix pour éliminer l’aluminium trop présent dans notre quotidien (aliments, emballages…). Autre atout : la sève de bouleau contient 17 acides aminés.

Pourquoi 21 jours ?

Parce que c’est le temps nécessaire au corps pour qu’il se régénère et enregistre un nouveau cycle d’informations.

Si la cure est simple comme je le disais plus haut, elle est aussi raisonnable puisqu’elle dépasse rarement 60 €.

Et le jus de bouleau c’est quoi ?

Il a peu, ou prou, les mêmes vertus que la sève mais comme il est obtenu par dissolution de jeunes feuilles dans de l’eau bouillante afin d’en extraire les principes actifs, il se présente sous forme de concentré à diluer. Son goût est assez particulier et je lui préfère franchement celui de la sève légèrement sucrée. Le matin, à jeun, ça passe mieux !

Passez au vert

Bien sûr, pour potentialiser les effets de cette cure, mieux vaut éviter tout ce qui est laitages, viande, sucre et produits transformés que l’on trouve dans les hypermarchés.

Faites le plein de légumes verts : petit pois, asperges, courgettes… qui sont à nouveau présents sur les étals, en commençant toujours par manger le cru avant le cuit.

Et oubliez un moment le thé et le café en les remplaçant par une tisane ou un jus de légumes frais.

Un verre ou 250 ml par jour…

Je me limite à un verre au réveil parce que j’ai une alimentation plutôt saine et équilibrée tout au long de l’année et que je fais beaucoup de sport… donc j’élimine régulièrement les toxines.

Mais si vous vous sentez un peu « lourde » au sortir de l’hiver ou si vous trouvez votre teint « brouillé », vous pouvez tripler la dose en ajoutant à la boisson matinale, un verre 20 minutes avant le déjeuner et un autre aux alentours de 17 heures. Mais toujours à température ambiante : l’organisme n’est pas encore prêt à encaisser du froid. Les premiers jours, on sent que le nettoyage est réel, surtout quand l’organisme patine : digestion difficile, ballonnements, fatigue…

Fraiche bien sûr

Quand le printemps arrive, le bouleau puise dans le sol l’eau dont il a besoin pour se réveiller et nourrir ses bourgeons. Chargée de minéraux, oligo-éléments et vitamines lors de son passage des racines à la cime de l’arbre, la sève peut alors être récoltée en une seule fois artisanalement, et sans abîmer l’arbre (on entaille l’écorce sur 2 à 5 cm de profondeur). Pour apporter un maximum de bienfaits l’eau de bouleau doit être pure, fraîche et n’avoir subi aucune transformation comme, par exemple, la pasteurisation.

Présentée en bouteille de verre ou en Bib (de 3 à 5 litres) au rayon frais des magasins bio, elle se conserve au réfrigérateur et se consomme dans la semaine qui suit son achat. Au-delà, elle a tendance à fermenter en s’acidifiant.

Ma recette pour revitaliser l’organisme.

 Les pousses ne se contentent pas d’agrémenter joliment les salades, ce sont des superaliments riches en antioxydants et en vitamine C et E.

La pomme apporte du fructose (parfait avant un effort sportif) et de la pectine, une fibre soluble, indispensable au bon fonctionnement des intestins.

Pour faire une pierre deux coups, vous pouvez allonger ce jus avec un petit verre de sève de bouleau.

 Jus vert

  • 50 g de pousses de pois vert
  • 3 pommes
  • ½ concombre
  1. Laver et sécher le concombre. Le couper en deux et couper l’une des extrémités.
  2. Laver et sécher les pommes. Les couper en deux puis en quatre pour ôter le trognon.
  3. Placer tous les ingrédients dans l’extracteur.
  4. Récupérer le jus et verser dans les verres pour déguster sans attendre.

 

 

 

Poursuivez votre lecture !

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

En déposant un commentaire, vous acceptez notre politique de données personnelles.