Ménopause

Et si on essayait l’alimentation paléo à la ménopause ?

17 avril 2019

Volontairement, j’ai choisi de parler d’alimentation paléo et non de régime paléo car je ne crois pas aux régimes. Je ne crois pas aux effets bénéfiques à long terme de la restriction et de la contrainte.

En revanche,  je crois aux effets bénéfiques de la compréhension de son métabolisme et de ce qui se passe à l’intérieur de soi à la ménopause.

Quand on comprend un processus, on est ensuite mieux à même de choisir les bonnes solutions pour éviter les désagréments qui lui sont associés.

La ménopause est un changement complet de notre métabolisme commandé par une modification de notre système hormonal. Comme à l’adolescence mais inversé.

Qu’est-ce que le métabolisme de base ?

C’est l’énergie nécessaire pour maintenir notre corps actif et parfaitement fonctionnel. Celui-ci a, en effet, besoin de calories pour alimenter nos organes, nos muscles, pour maintenir notre température corporelle et assurer le renouvellement de nos cellules.

Dit autrement, c’est la quantité d’énergie que nous utilisons au repos ou le nombre de calories que nous brûlons quand nous ne faisons rien. Lorsque le nombre de calories absorbées par l’alimentation est supérieur à la valeur du métabolisme, il y a stockage du surplus sous de graisses.

Pour rester svelte et ne pas prendre de la graisse, il faut trouver le bon équilibre.

  • Soit en diminuant les calories absorbées
  • Soit en augmentant son métabolisme
  • Ou en faisant les deux, ce qui est l’idéal.

Pourquoi faire les deux ?

Avec l’âge, notre métabolisme de base a tendance à se ralentir du fait de la baisse du taux d’hormones. Cela veut dire qu’il brûle de moins en moins de calories. D’où la prise de poids si on ne change rien à son alimentation. La même alimentation à 30, 40 ou 50 ans ne produit pas les mêmes effets sur la balance.

Se lancer dans des régimes super restrictifs pour consommer de moins en moins de calories est dangereux et assez inutile. Car le corps adapte le métabolisme en conséquence. Il se met en mode économie. Et à un moment il va refuser les privations et se venger.

Il est donc plus malin à la fois de stimuler son métabolisme de base et d’adopter une alimentation qui permet à l’organisme de fonctionner à plein régime, de diminuer la masse grasse et de favoriser la masse musculaire. Car le muscle au-delà de ses fonctions de soutien des tissus est un gros consommateur d’énergie et donc de calories.

C’est pourquoi pour maintenir son poids à la ménopause, il faut entretenir voire augmenter sa masse musculaire.

Stimuler son métabolisme de base.

C’est la clé de la silhouette svelte. Avoir un métabolisme actif qui brûle beaucoup de calories.

Comment ?

En faisant du sport.

Le sport stimule le métabolisme. Pour subvenir aux besoins du corps en activité, l’organisme puise dans ses réserves pour alimenter les cellules musculaires. C’est le processus du catabolisme.

En adoptant une alimentation qui booste le métabolisme

Certains aliments sont reconnus pour booster le métabolisme. C’est le cas de l’alimentation paléo.

Qu’est-ce que l’alimentation paléo ?

C’est une alimentation qui met l’accent sur les fruits, les légumes, les viandes maigres et les poissons. Et qui exclut les aliments riches en glucides comme les céréales, les légumineuses, et aussi les produits laitiers, les sucres raffinés et les viandes grasses. Une alimentation qui privilégie les produits naturels et non transformés.

Concrètement, on garde :

  • Viande maigre c’est-à-dire viandes blanches
  • Poisson
  • Fruits de mer
  • Œufs
  • Fruits
  • Légumes
  • Huiles végétales non transformées
  • Noix et oléagineux

On enlève :

  • Toutes les céréales et légumineuses : trop riches en sucre, faible densité nutritionnelle
  • Les produits laitiers surtout de vache pour éviter le lactose et l’inflammation
  • Les produits sucrés
  • Les boissons gazeuses
  • Les produits transformés et industriels trop riches en acides gras saturés

Quels sont les avantages de cette alimentation ?

La consommation importante de fruits et de légumes apporte de multiples vitamines et minéraux nécessaires au bon fonctionnement du corps. La consommation de protéines animales permet de maintenir et d’augmenter la masse musculaire. C’est l’alimentation favorite des sportifs et de toute personne désireuse d’augmenter sa masse musculaire et de diminuer sa masse grasse.

Par ailleurs, les protéines sont plus difficiles à dégrader que d’autres aliments. Leur thermogénèse est plus importante que pour d’autres aliments. Concrètement, cela veut dire que notre corps va dépenser plus d’énergie pour les digérer.

Il faut 18 à 25 kilocalories à notre corps pour digérer 100 gr de viande maigre. Les calories restantes sont utilisées pour le fonctionnement de notre corps. Elles sont très peu stockées. A titre de comparaison, pour digérer 100 gr de lipides il faut entre 2 et 4 kilocalories.

Et ses risques ?

Ils sont liés à la surconsommation de viandes rouges grasses et de charcuterie, qui sont à éviter. Il faut privilégier les viandes maigres blanches et les poissons. La charcuterie est à bannir de son alimentation. Produit transformé, elle est trop riche en acides gras saturés, en sucre et en sel.

Pensez à bien vous hydrater.

L’eau est indispensable aux activités liées au métabolisme et notamment à la dégradation des graisses. Si vous ne buvez pas assez d’eau, votre métabolisme ralentira. Et en remplissant l’estomac elle donne une sensation de satiété. Elle nettoie et draine les impuretés. Elle est indispensable à l’élimination des toxines et de l’acide lactique fabriqué lors des efforts et responsables des courbatures et crampes.

Pourquoi cette alimentation est bien pour les femmes à la ménopause ?

Elle nous permet de limiter voire d’augmenter notre masse musculaire. Et de limiter fortement la prise de poids dû à la baisse de notre métabolisme basal. Elle permet d’éviter la graisse abdominale malsaine.

Exemple de menu “paléo”

  • Petit-déjeuner : salade de fruits avec amandes et noix
  • Déjeuner : 2 oeufs et une salade composée de tomates, roquette, concombre assaisonnée à l’huile de noix
  • Dîner : 1 morceau de saumon accompagné de légumes verts.

Avant de vous lancer dans ce type d’alimentation, il est bien de vérifier avec votre médecin qu’elle est adapté pour vous.

 

Poursuivez votre lecture !

5 Commentaires

  • Avatar
    Répondre Chrystel 20 avril 2019 at 07:58

    Bonjour, je pratique le jeûne intermittent depuis toujours, et ça me réussi très bien
    Le secret est de manger quand on à faim
    Je vais pas me plaindre, bientôt 53 ans et je rentre toujours dans mes Jeans d’il y a 30 ans 😜 taille 34 zéro cellulite !!! Le secret bougez bougez et limiter le sucre et favoriser le bon gras

    • Natacha Dzikowski
      Répondre Natacha Dzikowski 20 avril 2019 at 14:30

      Bonjour, vous avez trouvé la bonne martingale !!! Bravo

  • Avatar
    Répondre Dion piger marie neige 20 avril 2019 at 09:50

    Bonjour merci pour cet article justement depuis ma ménopause j’ai pris du gras sur le ventre et je n’arrive pas a m en débarrasser je vais essayer l’alimentation Paleo je vous redit merci a bientôt

    • Natacha Dzikowski
      Répondre Natacha Dzikowski 20 avril 2019 at 14:32

      Bonjour, en complément de l’alimentation paléo qui marche si vous supprimez vraiment tous les sucres lents, rapides et aussi ceux qui sont cachés dans toute la nourriture industrielle. En plus, faites du sport. L’activité physique est super importante pour éliminer la graisse. En complément, vous pouvez aussi la mésothérapie. Ça marche super bien. Tenez moi au courant. Très bon week-end. Bien à vous.

  • Avatar
    Répondre Marie neige Dion pioger 11 mai 2019 at 09:22

    Merci beaucoup je vous tient au courant

  • Laisser un commentaire

    En déposant un commentaire, vous acceptez notre politique de données personnelles.